Messes en direct

Comme chaque dimanche, l’émission le jour du Seigneur sur France 2 permet d’assister à la messe et de nombreuses paroisses partout en France ont pris l’initiative de diffuser leurs messes dominicales et leurs messes quotidiennes en direct via Facebook ou Youtube, en voici quelques unes à Marseille:

Dans la forme extraordinaire du rite romain, la paroisse Saint-Charles n’a pas encore les moyens de diffuser sa messe et cherche une solution, Mais sur internet les ressources sont nombreuses : notamment grâce au site messeendirect.net (en français le dimanche à 10h) ou sur la page facebook et le site de l’Institut du Bon Pasteur (les séminaristes étant confinés et ne manquant pas de ressources, de nombreuses propositions sont faites quotidiennement).

Article mis en avant

Les Petits Chanteurs à la Croix de Bois chantent « L’Espérance »

En cette période de confinement, les concerts virtuels se multiplient. Les « petits missionnaires de la paix » (saint Jean XXIII) chantent ainsi l’Espérance.

« « Reprends courage, l’Espérance est un trésor. Même le plus noir nuage a toujours sa frange d’or. »

Le front penché sur la terre,
J’allais seul et soucieux,
Quand résonna la voix claire
D’un petit oiseau joyeux.
Il disait : « Reprends courage,
L’Espérance est un trésor.
Même le plus noir nuage
A toujours sa frange d’or. (bis)

Lorsque le soir se fait sombre,
J’entends le petit oiseau
Gazouiller là-haut, dans l’ombre,
Sur la branche au bord de l’eau.
Et bientôt son doux ramage,
Me donne un nouvel essor.
Même le plus noir nuage
A toujours sa frange d’or. (bis)

Mais il partit vers le Père,
Et jamais ne le revis.
Je me penchais sur la terre,
Et la contemplais, ravi.
Car il n’est que l’Espérance
pour animer notre coeur,
Qui de nos plus noires souffrances
Sait toujours être vainqueur. (bis)

Prière pour la fin de la pandémie : l’homélie du pape François

« Le soir venu » (Mc 4, 35). Ainsi commence l’Evangile que nous avons écouté. Depuis des semaines, la nuit semble tomber. D’épaisses ténèbres couvrent nos places, nos routes et nos villes ; elles se sont emparées de nos vies en remplissant tout d’un silence assourdissant et d’un vide désolant, qui paralyse tout sur son passage : cela se sent dans l’air, cela se ressent dans les gestes, les regards le disent. Nous nous retrouvons apeurés et perdus. Comme les disciples de l’Evangile, nous avons été pris au dépourvu par une tempête inattendue et furieuse. Nous rendons compte que nous nous trouvons dans la même barque, tous fragiles et désorientés, mais en même temps tous importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de nous réconforter mutuellement. Dans cette barque… nous trouvons tous. Comme ces disciples qui parlent d’une seule voix et dans l’angoisse disent : « Nous sommes perdus » (v. 38), nous aussi, nous nous apercevons que nous ne pouvons pas aller de l’avant chacun tout seul, mais seulement ensemble.

Lire la suite « Prière pour la fin de la pandémie : l’homélie du pape François »

Décret de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements « En temps de Covid-19 »

Le 19 mars 2020, en la solennité de saint Joseph, patron de l’Église universelle, la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements a publié un décret intitulé « En temps de Covid-19 ». Un document dans lequel le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation, donne des directives pour vivre les célébrations à venir du temps pascal à l’heure du Coronavirus. Il souligne tout d’abord que la fête de Pâques est inamovible : « Cœur de l’année liturgique, Pâques n’est pas une fête comme les autres : célébrée sur trois jours – le Triduum pascal – précédée du Carême et couronnées par la Pentecôte, elle ne peut être transférée ». En revanche, poursuit le texte, ce n’est pas le cas de la messe chrismale : «…l’évêque a la faculté de la reporter à une date ultérieure ».

Pour célébrer, malgré tout, le Triduum pascal, le décret apporte des recommandations, avec des omissions nécessaires : « Le lavement des pieds, déjà facultatif, est omis. À la fin de la messe de la Cène du Seigneur, on omet la procession, et le Saint-Sacrement est conservé dans le tabernacle ». Un éclairage est porté à la prière universelle du Vendredi saint : «…l’évêque diocésain veillera à établir une intention particulière pour les malades, les défunts, et ceux qui se trouvent dans une situation de désarroi… » En ce qui concerne la Veillée pascale, elle n’est «… célébrée que dans les cathédrales et les églises paroissiales, dans la mesure où cela est réellement possible au jugement de ceux de qui cela dépend. » Là encore, il est recommandé des omissions : « Pour le « début de la Veillée ou Lucernaire », on omet d’allumer le feu, on allume le cierge pascal et, en omettant la procession, on procède à l’annonce de la Pâque (Exsultet) ». Autre particularité pour cette Veillée pascale 2020 « …seules les promesses baptismales sont renouvelées… ».

Enfin, le décret suggère de reporter aux 14 et 15 septembre prochains « …Les expressions de la piété populaire et les processions qui enrichissent les jours de la Semaine sainte et du Triduum pascal… ».

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer